Toutes les nouveautés et promotions dans notre infolettre S'abonner

Hertel

ENGLISH
Menu

Notre histoire

Sainte-Foy, été 1968. Alors qu’il lave sa voiture, Roland Arsenault, un infirmer auxiliaire de Québec, a l’idée de créer un savon qui pourrait aussi bien nettoyer son véhicule que les vitres de sa maison. Avec l’aide d’un chimiste et d’une firme spécialisée, il élabore une recette originale qui sera perfectionnée avec le temps : Hertel Multi est né.

Hertel n’est d’ailleurs autre que le nom de la rue où habite M. Arsenault. Cette même rue où, les premières années, la formule nettoyante est embouteillée à la main dans le garage familial.

« Beaucoup de gens passaient à la maison, achetaient à la caisse et en offraient à leurs parents et amis. C’est vraiment par le bouche-à-oreille que tout a commencé », raconte Marcel Arsenault, le onzième enfant de Roland et celui qui a repris les rênes de l’entreprise en 1977 avec sa mère, sa sœur et deux de ses frères.

Roland Arsenault ne verra malheureusement pas son invention envahir le marché. En 1984, deux ans après sa mort, on retrouve en effet Hertel sur les rayons des plus grandes chaînes alimentaires de l’époque : Steinberg, IGA, Metro, Provigo, Jean Coutu et Woolco, devenu Walmart. Alors que la distribution triple, des porte-paroles de renom contribuent au succès de la marque. C’est le cas avec la chanteuse et comédienne Suzanne Lapointe, qui annonce le produit en l’appelant « MON Hertel ».

Si Hertel appartient depuis 1999 à l’entreprise montréalaise Lavo, la formule originale et secrète de Roland Arsenault n’a pas changé. Même recette, même odeur, on la retrouve aujourd’hui dans le contenant du Hertel Multi Vent de fraîcheur. Beaucoup l’appellent encore « Lave et brille », le slogan qui figurait sur l’ancien emballage.

La journaliste Alexandra Perron rapportera dans Le Soleil les mots de Marcel Arsenault : « Chaque fois que je fais l’épicerie et que je passe à côté des produits Hertel, je m’arrête. C’est une belle évolution… C’est cela qu’on appelle le patrimoine. »